Projet d’établissement

L’immersion en langue néerlandaise

Aujourd’hui, la connaissance d’une ou de plusieurs langues est une nécessité que nous reconnaissons tous. Beaucoup d’entre nous sont quotidiennement amenés à communiquer dans une langue étrangère.
L’apprentissage scolaire traditionnel ne donne pas de résultats convaincants. Comment y remédier ?

L’enseignement immersif

L’axe néerlandais sera particulièrement développé avec l’ouverture de classes d’immersion en 3ème maternelle et en 1ère et 2ème années primaires, dès septembre 2006. Concrètement, les différentes matières seront dispensées en grande partie en néerlandais par des enseignants d’origine néerlandophone. L’utilisation du français ne souffre en rien de l’introduction du néerlandais. Son vocabulaire reste le plus familier puisque des cours en langue maternelle sont dispensés pendant le cursus immersif.

De même, la lecture et l’écriture se font sans difficulté particulière, à quelques mois d’intervalle dans les deux langues. Le nombre d’heures de cours dispensés en français est donc peu élevé au début afin de permettre à la langue étrangère de bien s’implanter. Puis il va croissant dans, une proportion qui permet de conduire l’élève à se présenter avec succès aux évaluations externes certificatives en français pour le certificat d’études de base.

Le soutien dans la langue maternelle, le français

Un soutien et une attention toute particulière dans la langue maternelle sont apportés à l’enfant par un enseignant francophone selon les capacités de l’élève. En effet, l’école communale ne peut abandonner cette charge aux seuls parents. Cet enseignant a pour mission d’arriver au même niveau que les élèves  ” non immergés  ” en fin de sixième année primaire.

slider-2-1.jpg

A qui est destiné l’enseignement immersif ?

L’enseignement est gratuit et les candidatures seront acceptées en fonction de l’ordre d’inscription étant donné que le nombre de places disponibles ne permettra pas de répondre favorablement à toutes les demandes. Avant leur entrée en 1ère primaire, les enfants seront évalués par leur titulaire de classe. On pourra ainsi s’assurer qu’ils ont bien une connaissance suffisante du français ou qu’ils ne sont pas porteurs d’une ou plusieurs faiblesses qui, s’ils étaient inscrits en classe immersive en néerlandais, les mettraient dans une situation qui nuirait à leur développement.
S’il est important d’éloigner de l’immersion des enfants qui y seraient gravement mis en difficulté, il ne s’agit pas pour autant de sélectionner des enfants plus doués. Une classe équilibrée comporte des élèves moyens, des plus forts et des plus faibles. Cela est vrai dans l’immersion comme ailleurs.

Les résultats

L’expérience des établissements qui pratiquent l’immersion linguistique démontre que :

  • les enfants développent une capacité de travail supérieure aux autres enfants,
  • ils affichent une activité intellectuelle et générale débordante ainsi qu’une motivation importante pour l’apprentissage de la deuxième langue, voire plus tard d’une troisième et d’une quatrième,
  • la mémoire, davantage sollicitée, semble plus développée,
  • ils sont sensibles à la richesse et à la diversité culturelle et linguistique de la société,
  • les performances aux examens et épreuves diverses des enfants immergés sont excellentes tant en français qu’en néerlandais.

La pratique immersive n’est un handicap ni pour le développement des capacités et des connaissances en langue maternelle, ni pour la maîtrise des matières inscrites au programme scolaire. Notre société doit disposer d’un important pourcentage de bons bilingues. C’est un des facteurs qui assurera son dynamisme tant dans les domaines politiques, scientifiques que culturels. C’est un gage de prospérité. Le décret-missions l’a bien compris puisqu’il a donné un cadre légal à l’immersion.
La commune de Waterloo représentée par Mr Grillmaier, échevin de l’instruction publique, soutient activement et financièrement ce projet.
A la rentrée de septembre 2007, nous avons ouvert trois classes de 3ème maternelle, deux classes de 1ère année primaire, deux classes de 2ème année primaire et deux classes de 3ème primaire. Nous avons la chance de présenter un projet novateur et porteur. A chacun de la saisir.

1. Structures des classes … Titulaires

  • Cycles organisés et gérés par chaque équipe. Des concertations fixent des thèmes et activités communes lorsque les circonstances s’y prêtent.
  • Concertations régulières inter-équipes en vue de coordonner les méthodes et de planifier les projets communs. En particulier, il existe pour les cycles 3ème/4ème et 5ème/6ème des ateliers hebdomadaires.
  • Chaque enseignant(e) consacre une période par semaine à de la remédiation dans une classe différente de celle dont il ( elle ) est titulaire.
  • Organisation de classes de dépaysement. Espace La proximité des locaux permet une communication occasionnelle nécessaire à la réalisation d’activités communes.

Nous avons organisé des aménagements particuliers :

  • spécialisation de locaux ouverts à tous pour le cours de psychomotricité,
  • un “espace” bibliothèque loisir dans chaque classe en plus de la bibliothèque commune,
  • un ” lecture” documentation

Temps et horaire :
Assouplissement occasionnel de l’horaire des cours pour des échanges et pour diverses activités culturelles et artistiques ( visites dans le cadre des études, lecture, marionnettes, guitare, etc…)
Horaire adapté aux besoins du cycle ou à l’âge des enfants ( longueur des leçons, des devoirs…)

Matériel et mobilier :

Matériel didactique :
Echange des livres existence à la bibliothèque centrale, contenant les livres de référence pour les enseignants.

Outils :
Réglettes Cuisenaire, les blocs logiques, etc… en ce sens que l’on peut aller rechercher du matériel dans une classe inférieure pour réactualiser les connaissances des élèves en difficultés. ( Retour au concret pour les manipulations )

Formations continuées :

Planification concertée des formations en fonction des besoins pédagogiques de l’équipe éducative. Pendant les réunions de concertation, transmission et mise en commun des découvertes et apprentissages acquis lors des séances de formation.

2. Apprentissages " Cycle " gérés par l’unité pédagogique

Le cycle est géré par l’équipe éducative, ce qui assure la continuité dans les apprentissages au sein d’un cycle ( horizontale ) et au cours du cursus entier ( vertical ).
La composition des équipes éducatives fluctue en fonction des projets pédagogiques.
Groupement des élèves
Nous respectons principalement la classe d’âge.
Groupements verticaux occasionnels en fonction des projets pédagogiques ( exemple : ateliers hebdomadaires ) La répartition de la population scolaire peut occasionner des regroupements multi-âges afin d’éviter des classes surpeuplées.

Différenciation au niveau de la matière
Leçons collectives de base avec suivi différencié par classe. Lorsque l’enseignant aborde une nouvelle matière, la leçon est donnée collectivement à la classe. Pour les exercices d’approfondissement et d’entraînement, le suivi peut s’organiser par groupes.

Différenciation au niveau des groupes d’enfants
Le titulaire peut organiser des activités collectives ou distribuer des travaux occasionnels différents à des groupes d’enfants. Il donne les explications et les consignes aux différents groupes en fonction des besoins. Continuité des apprentissages, collaboration et concertation des titulaires : concertation régulière visant les apprentissages, l’évaluation, les projets de la communauté éducative. Pendant les concertations, les titulaires établissent des règles communes à l’ensemble de l’école. Le principe de la continuité s’applique tant dans l’évolution des apprentissages ( outils communs, référentiels qui se transmettent de classe en classe, matériel didactique accessible à tous…) que dans la manière d’évaluer les résultats. Les projets pédagogiques qui englobent toute une – ou une – partie de l’équipe éducative voient le jour et se planifient au moment de ces concertations. Continuité dans les outils lors de l’achat du matériel pédagogique, la titulaire le commande non pas en fonction de ses besoins personnels mais choisit celui qui pourra servir dans d’autres classes également ( exemples: les fractions, les poids et mesures, les cartes géographiques ).

3. Evaluation : statut de l’erreur

La pédagogie, prenant en considération le droit à l’erreur, se fonde sur l’utilisation positive et formative de l’erreur. Le cas échéant, on aura recours à une seconde explication utilisant une méthode différente, un contrat fixant des objectifs pourra être établi d’un commun accord enseignant-élève(s).
Aux deux premiers cycles, le (la) titulaire montre l’erreur, établit et donne des exercices de remédiation adaptés. Les plus grands ( troisième degré ) peuvent éventuellement choisir leur type d’exercices de remédiation en accord avec le titulaire.
Evaluation au niveau de l’élève : L’élève est informé sur le contenu, il maîtrise les prérequis et connaît les objectifs à atteindre.

Types d’évaluation
Evaluations permanentes formatives ( visant à évaluer les progrès ) et sommatives ( visant à évaluer les acquis ).

En fin de 2e : test des compétences en français et en calcul émanant du Ministère.

En fin de 4e : test en cours d’élaboration par les titulaires. Certificatives ( en vue de décerner le certificat ) en fin de 6e ( C.E.B ). Continuité des apprentissages et évaluation.
Dans certains cas extrêmes, l’équipe éducative conseille le maintien au sein du cycle. Ceci se fait à l’occasion d’une réunion regroupant la direction, les titulaires, un représentant du PMS, la logopède et les parents.
Outils d’évaluation : bulletin spécifique à chaque cycle élaboré par l’équipe éducative évaluation assortie d’indications et commentaires

Le règlement des études

Travaux individuels
L’enfant doit être capable d’accepter, d’assumer et de finaliser sa tâche dans les délais fixés ou négociés, avec ordre et soin. Il peut solliciter de l’aide si nécessaire et utiliser les outils tels que dictionnaire, réglettes Cuisenaire, etc… Des fiches d’auto-correction pourront être mises à sa disposition. Il doit être à même de respecter des consignes, de les apprendre et d’en comprendre la symbolique.

Travaux de groupe
Tout enfant a le droit d’émettre son avis lors des travaux de groupe, tout en écoutant l’avis des autres. On lui demande de participer activement, de partager et d’échanger ses travaux. L’entraide est vivement conseillée au sein du groupe. Il devra accepter la prise de responsabilités, prendre conscience de la complémentarité de chaque élément du groupe, respecter l’autre et enfin acquérir une auto-discipline.

Travaux de recherche
L’enfant sera amené à s’organiser et à planifier son travail. Pour cela, il pourra solliciter de l’aide et consulter éventuellement la BCD de l’école. Il veillera à ce que la présentation de son travail soit soignée et rigoureuse. Lors de ses recherches, il apprendra :

  • à poser des questions, à émettre des hypothèses en recherchant des informations,
  • à les vérifier dans des livres, revues, …
  • à pouvoir communiquer les résultats de ses recherches, afin de savoir relire les informations reçues pour comprendre le message et ainsi à aller toujours plus loin pour émettre de nouvelles hypothèses à partir des conclusions trouvées.

Leçons collectives
Lors des leçons collectives, il lui sera demandé d’écouter activement. Pour cela, il devra participer, prendre la parole à bon escient et sans agressivité, respecter les consignes données.

Travaux à domicile
Tout au long de sa scolarité, l’enfant va apprendre à se prendre en charge, à planifier son travail pour ne pas devoir tout faire au dernier moment, à étudier ses leçons consciencieusement. Le type de travaux, les matières concernées et la fréquence sont laissés à l’appréciation de chaque enseignant. Nous demandons la collaboration des parents quant à la présentation du devoir au point de vue propreté, ponctualité, et dans la mesure du possible, la vérification de l’exécution. Les travaux à domicile sont proportionnels à l’âge de l’enfant.

Moments d’évaluation
A tout moment, il peut être demandé à l’enfant de porter un jugement sur son comportement ou sur son travail scolaire, d’accepter l’avis des autres, d’admettre qu’il s’est trompé et d’essayer de comprendre pour ne plus refaire les mêmes erreurs, d’apprendre à juger de manière constructive et d’être fier du travail bien accompli. Le bulletin sera communiqué aux parents et commenté en classe avec l’enfant. L’enseignant lui indiquera sa situation par rapport aux exigences définies ; cela lui permettra de se situer dans sa scolarité future.

Documents
Si des documents sont présentés dans des classeurs, cahiers, etc… ils seront clairs, lisibles, correctement rédigés et classés. On veillera à leur esthétique et à leur soin.

Matériel individuel et collectif
Il est primordial, dès le plus jeune âge, d’apprendre à l’enfant :

  • à prévoir une place pour chaque chose
  • à préparer le matériel adéquat pour les différentes activités et à se soucier de son entretien,
  • à respecter le matériel commun
  • à contribuer à la remise en ordre du local et ainsi à goûter au plaisir de vivre dans un environnement agréable.

L’enseignant l’y aidera en répartissant les responsabilités, par exemple sur un tableau des charges.

Les travaux à domicile seront notifiés au journal de classe. Celui-ci devra être daté et signé quotidiennement. Il est évident que l’enfant exécutera tous ses travaux scolaires dans les délais fixés par les professeurs.

Changement d'horaire

Chers parents,

Une erreur de la part du secrétariat de l'école s'est glissée dans la lettre de la commune.
En effet, l'école se terminera à partir de cette année scolaire :

- le lundi, mardi et jeudi à 15h20
- le mercredi à 12h20
- le vendredi à 14h30

Cordialement
Le secrétariat